Max INGRAND Maître Verrier

Né le 8 Décembre 1908 à Bressuire dans les Deux-Sèvres, Max INGRAND fait des études secondaires à Chartres, puis de 1925 à 1927, il fréquente l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs. Pour payer ses études il fait des livraisons pour la Samaritaine et habite dans le 18° arr. de Paris, au 193 de la rue Belliard, où habite aussi la famille Rouquié, dont le père est directeur d’école. Paule leur fille entre à l’École Nationale supérieure des Arts Décoratifs en 1927.

Entré chez Jacques Grüber, un des fondateurs de l’école de Nancy, qui a renouvelé le style et les thèmes du vitrail, installé à Paris depuis 1914, il aborde le vitrail et fait des recherches sur la gravure sur verre par sablage à l’acide. Il est à bonne école !
En 1931, il épouse Paule Rouquié, alors diplômée de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs (Archives de l’École). Leur grande aventure artistique va durer jusqu’en 1939.

Ils collaborent à la décoration du paquebot Normandie et à celle de Sainte-Agnès de Maisons-Alfort.

Max Ingrand est membre des Ateliers d’Art Sacré. Ceux-ci sont fondés par Maurice Denis, le peintre surnommé au sein du groupe des Nabis, « Nabi aux belles icônes » et Georges Desvallières (Le père de Richard Desvallières) en 1919, pour «former des artistes et des artisans à la pratique de l’art chrétien» et pour «fournir aux églises et spécialement aux églises dévastées par la guerre, des œuvres religieuses d’un caractère à la fois esthétique, traditionnel et moderne». Le travail y est conçu dans l’esprit du compagnonnage, rassemblant tous les corps de métier en réconciliant art et artisanat
Publicités