Ferronerie

La ferronnerie occupe une place importante au sein de l’Eglise Sainte-Agnès.

Richard Desvallières en a conçu la plupart des œuvres :

La première œuvre, intentionnellement placée très haut pour être bien visible des fidèles, sur un clocher d’une hauteur totale de cinquante-trois mètres, est une croix en fer forgé de huit mètres de haut. Elle est elle-même surmontée d’un coq figé dans le ciel, scrutant l’azur dans la direction de Paris.

Avant d’entrer dans l’église, une deuxième œuvre attend le visiteur. Un portail en chêne sculpté, exécuté par L. Bobin, orné de huit panneaux en cuivre repoussé de Richard Desvallières, illustrant, entre autres, les quatre saisons.

A l’intérieur, à droite, les fonts baptismaux dont le couvercle, refermant le bassin octogonal, est en fer forgé de forme pyramidale à huit faces en métal gravé évoquant le baptême. Ce baptistère est lui-même fermé par une grille et sa draperie de fer forgé évoquant un filet de pêche.

En face, l’autel de la Vierge avec sa belle plaque en métal repoussé, clôturé d’une magnifique grille de fer forgé terminée sur ses angles par deux anges aux ailes effilées.

La table de communion, ou Table Sainte, balustrade séparant l’autel de la nef, figure des scènes de la vie du Christ. Cette merveille de fer forgé ne peut être l’œuvre que d’un sculpteur ! Les représentations, en lignes sobres, figuratives et stylisés, du Christ, des deux anges et autres figurines sont vibrantes d’évocation et de réalisme. La scène de gauche, montre le Christ recevant des offrandes de pain et de poisson, tandis qu’à droite, les deux anges, au travers des épis de blé et du raisin, figurent le pain et le vin consacrés.

Face au chœur, le buffet d’orgue en bronze doré avec encadrement de marbre, révèle une façade décorative s’élevant majestueusement sur de fond de la tribune, soustrayant, par là même, l’orgue du regard.

Raymond Subes se chargea de la grille extérieure rue Nordling et de la belle porte en fer forgé du portail d’entrée du presbytère attenant à l’église.